EXPOSITION ANGLES DE LUMIÈRE

 
Le titre  "Angles de lumière" est celui d’un recueil, "Angle de llum", d'Albert Ràfols-Casamada, peintre et poète (né en 1923 à Barcelone, mort à Barcelone en 2009).

Poète, écrivain , photographe, Antoine Graziani est né à Bastia en 1951. Après avoir enseigné à Paris, il a résidé à Fontaine-de-Vaucluse ; il vit maintenant en Corse. Il a écrit de nombreuses préfaces et articles critiques sur des artistes plasticiens.

En vue de notre exposition à Royan, le  poète a - parmi plus de trois mille photographies – assemblé ses tirages en « tableaux de photographies ». La géométrie des croisées et des échelles crée des rythmes ; reflets, décalages et répétitions nous invitent à suivre cadences et ruptures. JPL

 

 

II y a quelque chose de bouleversant à constater que ce qui est sur le point d’être photographié, à l’instant de s’avouer image, n’est plus seulement ce que cela paraît être, mais délivre aussitôt une ombre de matière immémoriale, primitive, originelle. C’est ce phénomène qui représente pour moi la singularité de la photographie, comment le “sujet” surgit d’un fond d’univers et y retourne.

C’est à Fontaine-de-Vaucluse où je résidais alors, que grâce à la neuve et décisive amitié de photographes, Rémi Michel, Hans Silvester, j’ai commencé de m’occuper de photographie.   

                                                                              Antoine Graziani 

Sevasi, 2006-2012, photographie sur papier baryta

 

La photographie constitue pour lui un autre mode d'expression. "Elle demande un langage spécifique, comme la danse ou le dessin". Le C.A.P. de Royan présente une sélection de photos "représentant essentiellement des fermes abandonnées, aux murs colorés, dans (sa) région natale, en Serbie. Les bâtiments délaissés depuis des années ont été exposés au climat, à la pluie, au gel. Les éléments naturels les ont sculptés" (JN).                              

Josef Nadj est né en 1957 à Kanjiža en Voïvodine, dans une famille de langue hongroise. Il étudie l'histoire de l'art et de la musique à l'université de Budapest, ainsi que les arts martiaux, l'expression corporelle et le théâtre. En 1980 il vient à Paris où il découvre la danse contemporaine. En 1986 il crée sa compagnie, le théâtre JEL. De 1995 à 2016 il dirige le Centre chorégraphique national d’Orléans. En 2017, il crée " l'Atelier 3+1"  à  Paris.

Mime, théâtre et danse, cinéma, littérature et poésie, peinture et sculpture, musique des différents continents..., le nombre de ses références est très vaste, dans la société ou dans la nature, chez les hommes et chez les animaux : tout en mélangeant les genres, Josef Nadj ne les emploie pourtant qu’avec une grande économie de moyens.

 Il accorde au détail une grande importance.

                                                                            JPL

 Josef Nadj, Les Jours, 2000-2005, photographie

 Schimansky a poussé très loin la leçon des grands artistes : que la peinture existe dans les intervalles entre les objets plutôt que dans les objets eux-mêmes.(J-P L )

Schimanky est né en 1949 à Bitterfeld, en ex-RDA. Ingénieur agronome de formation, il suit des cours d’arts plastiques tout en travaillant dans l’industrie céréalière à Rostock et il se consacre totalement au dessin à partir de 1979. Ses dessins, d’abord figuratifs, évoluent vers l’abstraction. Pendant 15 ans il limite sa palette à l’usage du noir et du blanc, qu’il dessine à l’encre, au pastel ou à la mine de plomb. Par ses formes géométriques, ses entrelacs, ses pliages il crée une œuvre rythmée et originale.

" Amateur de free jazz, il recherche à la fois la liberté de l’improvisation et l’harmonie, travaillant le dessin comme une partition musicale, un sismographe de son ressenti poétique. Le papier soigneusement plié et déplié laisse apparaître en filigrane un quadrillage subtil, dessin en trois dimensions, trame sur laquelle s’animent les lignes tracées à l’encre et les aplats de couleur à la gouache".

                                (Valérie de Maulmin,Connaissance des arts) 

Il vit et travaille à Berlin. Depuis 1990, sa renommée franchit les frontières de l’Allemagne. Ses oeuvres ont été exposées en Suisse, aux Pays-Bas, en France…

Hanns Schimansky, 2011, pliage, encre et gouache sur papier, 50 cm x 48 cm,
(c) Galerie Jeanne Bucher Jaeger, Paris, photo Jean-Louis Losi.
 

André Marfaing, 1965 acrylique sur toile, 162 x 130 cm, photo Jean-Louis Losi, (c) Galerie Protée, Paris

marfaing 2a.jpg

« Le noir et le blanc me semblent avoir le caractère de     simplicité, d’absolu et de rigueur qui me convient. »  A.M.                                                                                     

André Marfaing est né à Toulouse (Haute-Garonne) en 1925. Après avoir suivi des cours de sculpture et de peinture, il s'établit en 1949 dans la région parisienne. Il rencontre Fernand Léger, Estève, Manessier, Bissière, Schneider, Soulages...Sa peinture, d'abord figurative, évolue au milieu des années 50 vers une abstraction de plus en plus dépouillée. Travaillant, l'huile, l'acrylique et la gravure, il utilise essentiellement le noir. « Le noir est pour moi le moyen d’expression le plus naturel »,  dit-il.  Il meurt à Paris en 1987.

Si l’on a pu recourir au vocabulaire du paysage pour décrire les tableaux de Marfaing (gorges, failles et cascades, neige et glace), d’autant que plus d’un alpiniste admirait son oeuvre, le peintre a su débarrasser ses toiles de tout pittoresque.        

 Deux grands tableaux - de 1965 et de 1978 - le manifestent avec sobriété et puissance : l’abstraction s’est confondue avec l’éthique « comme nécessité, comme réalité, comme être » * mais toujours au travers de la peinture.      JPL

 

La préoccupation architecturale est bien là, constante dans l’œuvre d’Anna Mark, avec sa frontalité puissante et ses savants déséquilibres, avec ses jeux d’équivalences et d’échanges entre le vide lumineux et le plein lumineux, entre le rouge et le blanc du fond sérigraphié – et avec ses impossibles symétries... 

Anna Mark partage avec Josef Nadj de saisir la mobilité dans l’immobilité et d’apercevoir dans un détail l’horizon de ses lointains. Avec André Marfaing, d’inscrire dans la durée les moments de peinture, d’inscrire le Rouge (comme Marfaing le Noir) dans le flux continu de la peinture.

Jean-Pascal Léger

Le C.A.P. a déjà exposé des œuvres d'Anna Mark en 2006 et en hiver 2016. 

2017, gouache et craie sur fond sérigraphié, 49,5 cm x 50 cm
Galerie La Forest Divonne, Paris
 

Comme du tourment

de l'ombre - mer et nuages-

sur ces montagnes,

d'au-delà du titre

vient la lumière adoucie

                                           Antoine Graziani

Exposition Angles de lumière. Photo M-C Bénaouda

Centre d’Arts Plastiques de Royan – Direction : Jean-Pascal Léger

Espace d’art contemporain des Voûtes du Port, 19, quai Amiral Meyer, 17200 Royan

En hiver, ouvert du mardi au dimanche de 15 h à 18h - 05 46 39 20 52 et 06 76 75 43 47

Courriel : royan.cap@gmail.com

Correspondance à Jean-Pascal Léger, 1, avenue Fayolle, 94300 Vincennes