André MARFAING
Exposition Angles de Lumière de du 3 février au 2 avril 2018.

« L’action crée

   espace, formes, lumière –

   la matière devient esprit - »

                                           (A.M.)

« Etre persuadé que mille traits peuvent dire
   mille choses et qu’un seul peut dire tout »
                                                                       (A.M.)           
André Marfaing1965 huile sur toile 162  130 cm photo Jean-Louis Losi
c Galerie Protée Paris
 
Josef NADJ
 Exposition Angles de Lumière de du 3 février au 2 avril 2018.
 

Les photographies de Nadj égrènent leurs effets, leurs hommages et leurs tombeaux sans les accumuler. La rencontre du raffinement et du ravage n’en est que plus exacte, inévitable, difficile. L’instant photographique prend ici tout son temps, c’est, depuis les commencements, le temps de la peinture. La peinture vue et la peinture qui fait voir.      J-P L

1/7
 Josef Nadj, Les Jours, 2000-2005, photographie
Hanns SCHIMANSKY
 Exposition Angles de Lumière de du 3 février au 2 avril 2018.
 

Si l’on observe – dans les dessins d’Hanns Schimansky que nous reproduisons ici – les fins tracés horizontaux au graphite et le réseau continu des lignes de pli qui donnent au papier sa structure, on voit qu’ils ne ferment pas l’espace. Ils ne cadrent pas la scène, ils la relient et la posent calmement, avec toute sa fragilité temporaire, sur la partition du monde .  J-P L

 

Sans titre,1999, encre de Chine et graphite sur papier,
35 x 45,5 cm,
Sans titre, 2009, graphite sur papier,
28 x 38,5 cm,
En voir plus
(c) Galerie Jeanne Bucher Jaeger      Photographies : Jean-Louis Losi
 
Antoine GRAZIANI
 Exposition Angles de Lumière de du 3 février au 2 avril 2018.

Regardons ce qui a été vu sans regarder !

Et lisons ces Verrières comme on lit un Vitrail!

J-P L

Sevasi, 2006-2012,

photographies sur papier baryta

La description formelle d’un tableau ou d’une photographie nous engage souvent sur de mortelles fausses routes ; les mots s’épuisent à cette tentative, ils perdent de vue leur objet. Pourtant lorsque la composition s’avère solide et juste, signifiante dans tous ses rapports (de l’ensemble aux détails), alors qu’il n’y eut ici que le geste d’un déclic, la poésie se fait connaître. La poésie conduit de l’ambiguïté des reflets à l’exactitude du sens. Elle aura guidé l’œil et la main...JPL