MAX NEUMANN

"L’Inquiétante Étrangeté"
Exposition du 3 juillet au 19 septembre 2021 inclus.

Artiste internationalement reconnu, il a reçu de très nombreuses récompenses pour son œuvre depuis 1982.Il a su tracer un chemin personnel à l’écart des mouvements à la mode

Max Neumann, 25 janvier 2016, TM sur pap

"Un homme devant une tache. On ne voit d’abord que l’informe de la tache ; une clarté pourtant fait œil et même, pour ainsi dire, un très discret clin d’œil vers les animaux, chien, chèvre ou singe[1] qui habitèrent les œuvres de Max Neumann et qui pouvaient, tels des fauves, bondir dans sa peinture[2]. La silhouette de l’homme est noire ; elle est habitée cependant du gris tumultueux de l’animal. Derrière l’homme, sur la paroi blanche, la tête du fauve se fait ample et plus puissante que l’homme." (J-P. L)

[1] Ou encore cheval, licorne, sphinge, poisson...

[2] Menace envahissante ou compagnie pour le moins souple et vigoureuse ! Voir le grand format de Max Neumann, Sans titre, 1991, détrempe sur toile, 200 x 225 cm.

Sans titre,  25 janvier 2016,  TM sur papier, 20 x31cm.  

Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Max Neumann est né en Allemagne, à Sarrebruck, en 1949. Il y étudie de 1969 à 1970 à l’Ecole des Arts Appliqués. Il poursuit ses études de 1970 à 1973 à l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe, puis de 1974 à 1976 à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Berlin. Grâce à une bourse du DAAD , il vient à Paris de 1978 à 1979.

Pour un portrait filmé, Max Neumann a raconté à Heinz Peter Schwerfel sa manière de travailler:

« Jamais il n’a une idée précise du tableau à venir… Il jette un peu de peinture sur la toile, sans vraiment contrôler le geste. Arrive le moment où une forme, une trace, se montre. A partir de ce moment, le jeu de dés des premières formes est fini, et Max se met à composer, consciemment, en utilisant son intellect de peintre, sans rien laisser au hasard. Il définit le mouvement, le poids, le vide, puise dans ses réserves d’objets pour équilibrer la forme initiale ».

Sans titre, juillet 2018, huile sur toile, 100 x 100 cm

 Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Max Neumann, sans titre, juillet 2018, h

Depuis quelques années, les tableaux de Max Neumann ne portent plus de titre. La figure humaine constitue un élément essentiel et récurrent dans ses œuvres.

03056[1] (2).jpg

L’« inquiétante étrangeté » des têtes de Neumann provient sans doute de l’absence de regard, qu’il soit remplacé par des taches noires évoquant les orbites vides d’un crâne ou par deux traits qui excluent toute expression, qu’il soit caché par un bandeau ou tout simplement absent. Le visage est alors réduit à une silhouette anonyme.

Sans titre, 29 mars 2018, TM sur papier,42 x 29,7 cm. 

 Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Sans_titre,_29.06.98,_techniques_mixtes_

Sans titre, 29.juin.98, techniques mixtes sur

papier, 21x16 cm. Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Il travaille sur toile à la détrempe ou à la tempera ou sur papier. Le noir (il faudrait dire les noirs) domine la palette de Neumann ; des taches de couleur (rouge, marron, vert, bleu) animent la composition.

« Dessiner et peindre sont des temps différents », confie l’artiste.

Sans titre, 15 decembre 2015, technique

Sans titre, 15 decembre 2015, technique mixe sur papier,

29,5 x 21 cm.  Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Max Neumann, 14 aout 2015,  TM sur papie

Sans titre, 14 aout 2015,  TM sur papier,  29,5 x 21 cm.. 

 Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Les formats qu’il utilise sont très variés , comme l’illustre l’exposition du C.A.P..

Sans titre, 4 mars 2016 , technique mixe

Sans titre, 4 mars 2016, 29,5 x 21 cm : Une silhouette noire au-dessus d’une tache noir-gris-bleu. Cette tache voudrait-elle « dire » une tête, sombre, au centre de la tache ? un corps de dos ? un torse, deux bras (coudes) et en même temps presque un paysage ? une étendue liquide ? Évocation d’un rail, évocation du froid, évocation en tout cas d’un extérieur sensible. On devine le froid mais on ne résout pas l’énigme. Vers quoi, vers où regarderait ce personnage debout ? On perçoit l’effet du pinceau, apparemment plus aléatoire. Ce ne sont plus des aplats impeccables, des monochromes ou des contrastes implacables.Doutes, caresses ou allusions. Gestes brossés.

Sans titre, 4 mars 2016,  TM sur papier,  29,5 x 21 cm.. 

 Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain.

Courtesy Galerie B.Vidal-N.Bertoux art contemporain. Dessins 10x15cm.

« Le dessin dispense un mystère bruissant de la légèreté des touches posées sur des feuilles de registre, de journaux. La peinture revendique une solennité par la rigueur du dessin dont les territoires s’imbriquent dans un hiératisme formel. » (Lydia Harambourg)

 

Centre d’Arts Plastiques de Royan – Direction : Jean-Pascal Léger

Espace d’art contemporain des Voûtes du Port, 19, quai Amiral Meyer, 17200 Royan

En hiver, ouvert du mardi au dimanche de 15 h à 18h - 05 46 39 20 52 et 06 76 75 43 47

Courriel : royan.cap@gmail.com

Correspondance à Jean-Pascal Léger, 1, avenue Fayolle, 94300 Vincennes