Robert Groborne, peintures, dessins, reliefs, sculptures

Guillaume Lebelle, peintures et dessins

Pascale Piron, peintures et aquarelles

Exposition du vendredi 1er février au dimanche 31 mars 2019.

La couleur et l'ombre

"Le propos de cette exposition (...)repose, librement et matériellement dans l’espace, sur la contradiction. Les œuvres des coloristes que sont Pascale Piron et Guillaume Lebelle travaillent les contrastes du noir au blanc, du noir à la couleur, de la couleur au blanc. D’accueillir les variations nocturnes de Robert Groborne – jusqu’aux plus infimes variations du gris au noir –, comment toutes ces œuvres travaillent-elles ensemble ?" (J-P L)

Pascale Piron

 
sans titre, 2014,huile sur toile,165cm x

Sans titre, 2014, huile sur toile, 165 x 135 cm.

  Photo J-L Losi

« La peinture, pour moi, c’est la couleur. » Pascale Piron prépare ses toiles, elle les enduit de deux blancs différents. Même si, après avoir posé initialement les couleurs claires, parfois vives, elle superposera des couches, elle ne travaille jamais la matière au sens des « matiéristes », jamais dans l’épaisseur de la peinture à l’huile. (J-P L)

Pascale Piron cite volontiers comme source d'inspiration Bram Van Velde dont elle admire la liberté, Sam Francis, Joan Mitchell.

La sensation est au coeur de sa peinture. Aussi préfère-t-elle laisser se créer un rapport direct entre le spectateur et l'œuvre et n'aime-t-elle pas que l'artiste parle de son œuvre.

 

04.sans titre, 2016,huile sur toile,130c

sans titre, 2016,huile sur toile,130cm x 97cm.

Photo J-L Losi

"Devant les toiles abstraites de Pascale Piron, l’évocation des paysages et les mots de la nature nous viennent plus spontanément que ceux de l’architecture et de la géométrie. À travers le rythme de ces masses soulevées (formes rocheuses ou formes organiques ?) et de ces îlots colorés, la nature peut revenir avec force". (J-P L)

18a.sans titre, aquarelle et gouache sur

sans titre, , aquarelle et gouache sur papier, 2012,

36cm x 26cm. Photo J-L Losi

11asans titre, 2016,aquarelle,41cm x31cm

sans titre, 2016, aquarelle et gouache sur papier.

,41cm x31cm. ,Photo J-L Losi

21asans titre, aquarelle et gouache sur

Sans titre, aquarelle et gouache sur papier 2011, 36cm x 26cm., Photo J-L Losi

"Contrairement à la plupart des aquarellistes qui privilégient une recherche de la légèreté ... , Pascale Piron retravaille même quand l’œuvre est sèche. Allant du simple au complexe, son pinceau densifie la couleur, il lui donne forme plutôt qu’il ne transfère ou transpose un motif. Plus la couleur irrigue ses vaisseaux, plus l’évocation de paysages se fait lointaine ou, en réalité, souterraine, interne. Profonde, intérieure." (J-P L)

 

Robert Groborne

N°27918sc_a_.jpg
Sculpture, N° 27918, 6.X.2018,  19 x 24 x 4,5 cm. Photo Adam Rzepka.

En 2016, le C.A.P. avait présenté des sculptures et des reliefs de Robert GROBORNE (voir la page Groborne 2016). L’exposition de cette année permet de découvrir d’autres faces de son art et de comprendre comment il travaille, déclinant un même motif dans différentes techniques ou le modulant dans une même technique.

Dessins informatiques, 2018,  sur papier 21 x 29,7 cm. Photos Adam Rzepka.
Relief, N° 30518 A, 1.XI.2018, 21 x 30 cm. Photo Adam Rzepka.

"De la rigueur minimaliste qui fut la sienne, Robert Groborne a gardé la sobriété du dispositif. Toujours le fascine le noir de l’écriture manuscrite et de la typographie, le noir du dessin géométrique ...           

Les dessins réalisés à l’ordinateur..., bien sûr parfaitement lisses, signifient la matière grumeleuse et la perception variable des reliefs...   

Non seulement reliefs, peintures et sculptures reposent sur l’alternance du plein et du vide – le vide qui entoure le motif ou qui le traverse – mais ils sont entrés dans un double jeu : le jeu de l’ombre et de la lumière, le jeu ambigu des formes. Au bord du jour, au bord de la nuit, dans une lumière « entre chien et loup », l’abstraction s’en trouve profondément changée ; elle est la lucidité plus vivante, plus humaine, de la matière et de la pensée." (J-P L)     

Peinture, N° 22315 B,,11.VIII.2015,  huile sur papier, 40 x 30 cm. Photo Adam Rzepka.
Peinture, N° 22715, 15.VIII.2015,  huile sur papier, 40 x 30 cm. Photo Adam Rzepka.
Peinture, N° 23315, 21.VIII.2015, huile sur papier, 40 x 30 cm. Photo Adam Rzepka.

 La finesse des petites peintures "laisse penser qu’elles ont été peintes avec une encre d’imprimerie. Il s’agit pourtant de peinture à l’huile.Il n’y a pas d’épaisseur, leur matière est lisse comme une feuille ou comme plusieurs feuilles délicates qui se superposent ou se dédoublent. Fragiles feuilles de pierres et non feuillages" . (J-P L)

 

Guillaume Lebelle

"Pas de séries mais plutôt des familles de tableaux, ou encore des continents. Grands formats, petits formats, surfaces très denses à l’huile, peinture sur toile brute, papier journal. Toutes ces familles sont alimentées de concert et travaillées de manière séquencée, mais sans qu’il y ait de stratégie." Tristan Cormier

Corps doux, 2018, gouache et papier sur
04.a_Reset_la_dévastation_du_monde_n’est

Reset (La dévastation du monde n’est pas fatale), 2015, encre et gouache sur toile, 65 x 100 cm.

,Photo J-L Losi

Corps doux, 2018, gouache et papier sur toile, 50 x 40 cm.

Photo J-L Losi

Jatte au large, 2015, papier, huile et g

Jatte au large, 2015, p,apier, huile et gouache sur toile, 40 x 50 cm.

Photo J-L Losi

Mifuji, 2016, gouache sur toile, 40 x 40

Mifuji, 2016, gouache sur toile, 40 x 40 cm. Photo J-L Losi

Guillaume Lebelle a exposé à la galerie Jean Fournier de 2000 à 2006, à la FIAC en 2001, à la galerie Hus à plusieurs reprises, à la galerie Christophe Gaillard en 2010 et 2013.

"Fragmentation de mots et de figures, de possibles lignes du corps, de probables paysages (de ciels et de collines, d’écoulements, de chutes, de cascades...), ébauche de mouvements qui tournent court, multiplication de points de vue, évocation (sans citations) de peintres français ou japonais auxquels Guillaume Lebelle n’hésite pas à faire référence (il a regardé les dessins de Sengai, ceux de Fautrier, les intérieurs de Vuillard, la Normandie  de Boudin et des Impressionnistes...) ou d’artistes contemporains comme Cecily Brown, ce vaste monde, peuplé et fractionné, coloré et dessiné, nous semble travailler avec le vertige." (J-P L)

les tableaux "dont le blanc est absent font exception et je pourrais dire que Guillaume Lebelle est un coloriste chez qui le blanc est dominant... Le blanc natal : qui abrite la gamme des couleurs ou qui fait de la couleur une intensité visible de l’air. Le blanc des intervalles : qui favorise les interactions entre des couleurs atomisées. Comme la neige, il unifie la peinture alors même qu’il poudroie l’espace ou qu’il semble pulvériser le monde.                                                 

Le blanc – ou l’air". (J-P L)

Centre d’Arts Plastiques de Royan – Direction : Jean-Pascal Léger

Espace d’art contemporain des Voûtes du Port, 19, quai Amiral Meyer, 17200 Royan

En hiver, ouvert du mardi au dimanche de 15 h à 18h - 05 46 39 20 52 et 06 76 75 43 47

Courriel : royan.cap@gmail.com

Correspondance à Jean-Pascal Léger, 1, avenue Fayolle, 94300 Vincennes